Sassoli : Notre devoir est de sauver des vies. Nous avons besoin d'une mission européenne de recherche et de sauvetage. 
 

Extraits du discours du Président du Parlement européen à la Conférence interparlementaire sur l'asile et la migration

Le président du Parlement européen, David Sassoli, a ouvert aujourd'hui une conférence interparlementaire de haut niveau sur la gestion de la migration et de l'asile en Europe. La Conférence a porté en particulier sur les phénomènes externes du phénomène migratoire. Le Président a dit :

« Nous avons choisi de discuter aujourd'hui de la dimension extérieure des politiques de migration et d'asile parce que nous savons que ce n'est qu'en luttant contre l'instabilité, les crises, la pauvreté, les violations des droits de l'homme qui se produisent au-delà de nos frontières, que nous pourrons nous attaquer aux causes profondes qui poussent des millions de personnes à prendre la décision de partir. Nous devons gérer ce phénomène mondial de manière humaine, accueillir les personnes qui frappent à nos portes chaque jour avec dignité et respect.

« La pandémie de Covid-19 a un impact profond sur les schémas migratoires locaux et mondiaux et a eu un effet multiplicateur sur les mouvements forcés de personnes dans le monde, en particulier lorsque l'accès aux traitements et aux soins de santé n'est pas garanti. La pandémie a interrompu les voies de mobilité, bloqué les migrants, détruit des emplois et des revenus, réduit les envois de fonds et plongé des millions de migrants et de populations vulnérables dans la pauvreté.

« La migration et l'asile font déjà partie intégrante de l'action extérieure de l'Union européenne. Mais ils doivent faire partie d'une politique étrangère plus forte et plus cohérente à l'avenir.

« Je crois qu'il est de notre devoir avant tout de sauver des vies. Il n'est plus acceptable de laisser cette responsabilité aux seules ONG, qui remplissent une fonction de substitution en Méditerranée. Il faut repenser à une action commune de l'Union européenne en Méditerranée qui sauve des vies et s'attaque aux trafiquants. Nous avons besoin d'un mécanisme européen de recherche et de sauvetage en mer, qui utilise l'expertise de tous les acteurs impliqués, des États membres à la société civile en passant par les agences européennes.

« Deuxièmement, nous devons veiller à ce que les personnes ayant besoin de protection puissent arriver dans l'Union européenne en toute sécurité et sans risquer leur vie. Nous avons besoin que des canaux humanitaires soient définis avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés. Nous devons travailler ensemble sur un système européen de réinstallation basé sur une responsabilité commune. Nous parlons de personnes qui peuvent aussi apporter une contribution importante au redressement de nos sociétés touchées par la pandémie et le déclin démographique, grâce à leur travail et leurs compétences.

« Nous devons également mettre en place une politique européenne d'accueil des migrations. Ensemble, nous devons définir les critères d'un permis d'entrée et de séjour unique, en évaluant les besoins de nos marchés du travail au niveau national. Pendant la pandémie, des secteurs économiques entiers se sont arrêtés en raison de l'absence de travailleurs immigrés. Nous avons besoin d'une immigration réglementée pour le redressement de nos sociétés et pour le maintien de nos systèmes de protection sociale. »

Le discours complet est disponible ici